Trois poèmes de Salvatore Gucciardo

© Salvatore Gucciardo

 

Veines marbrées

Blancheur

De la volute

Le graffiti illustre

Le sfumato de l’âme

 

Fatras d’écume

Dans la bouche

Du chaos

Profondeur

Océane

 

Pourrais-je

Atteindre

Le dôme du ciel

Avant que la neige

S’éternise

Sur les veines du marbre

 

La brindille s’est courbée

Près des portes closes

Faisant fuir

L’oiseau bariolé

 

Où est le ruban carminé

Fixé sur les cheveux dorés

De la sylphide rêveuse

 

La licorne a perdu

Sa corne sacrée

En voulant atteindre

Le mont éthéré

 

La pulsion des ans

Mémoire

De vipère

De sang

Et d’eau

 

Toute la toile

Du monde

Sur les lèvres

Gercées

 

Surgit

La pulsion

Des ans

Sur l’enclume

Des émotions

 

On évoque

Le feu d’artifice

La rage olympique

Le poids

Du granit

 

Le grillage

En fer

À l’orée

De l’automne

 

Visage buriné

Volutes

Ébouriffées

Poussière d’os

Et de chair

Semailles

Éparses

 

L’onde vagabonde

Ton visage d’odalisque

Aux lèvres pourprées

La verticalité ondulante

De ton nez aquilin

La saillie arquée

De tes yeux

 

La masse touffue

De tes cheveux auburn

Donnent une aura

A ton effigie

 

Rougeur impulsive

Tes joues en feu

Le rêve étoilé

Dans l’éclat

De la nudité

 

Aucun artifice

Dans la poésie

Rien que l’émotion fébrile

Dans l’embrasement

Du corps

 

Comme l’onde vagabonde

Tu te laisses emporter

Par la houle de vagues

 

Codes secrets

Frissons intenses

Ombrée d’ébène

Et de coquelicot

 

Le ressac de la mer

T’emporte

Dans le tourbillon

Fiévreux



À propos de l’auteur :

Salvatore Gucciardo, peintre, poète, dessinateur et illustrateur autodidacte est né à Siculiana (Agrigento) Italie en 1947. Il vit en Belgique depuis 1955. Il a plus de 45 ans d’activités artistiques. Ses œuvres ont été acquises par le Musée Royal des Beaux-Arts de Charleroi, le Musée des Arts Plastiques et graphiques de Mouscron, par la ville de Bruxelles, la ville de Châtelet, La Province de Hainaut, la ville de Montermurlo (Italie), le Centre Culturel la Posterie à Courcelles, La Région Wallonne, le Musée du Bois du Cazier, Marcinelle.

Crédit Photo : Web

Auteur : Salvatore Gucciardo

Salvatore Gucciardo, peintre, poète, dessinateur et illustrateur autodidacte est né à Siculiana (Agrigento) Italie en 1947. Il vit en Belgique depuis 1955. Il a plus de 45 ans d’activités artistiques. Ses œuvres ont été acquises par le Musée Royal des Beaux-Arts de Charleroi, le Musée des Arts Plastiques et graphiques de Mouscron, par la ville de Bruxelles, la ville de Châtelet, La Province de Hainaut, la ville de Montermurlo (Italie), le Centre Culturel la Posterie à Courcelles, La Région Wallonne, le Musée du Bois du Cazier, Marcinelle.

Une réflexion sur « Trois poèmes de Salvatore Gucciardo »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *